the clown compagnie

La Voie du Thé, l'Inde

D’après la légende indienne, le prince Bhodi-Dharma, le fils du roi des Indes Kosjuwo et fondateur de la secte bouddhiste zen, avait fait le vœu de ne pas dormir pendant sept années de voyage et de méditation durant lesquels il allait prêcher le bouddhisme en Chine.

Au bout de cinq années, il fut pris de lassitude mais un hasard providentiel lui fit cueillir et mâcher quelques feuilles de thé qui lui permirent de rester éveillé et donc fidèle à son vœu, mais la vérité est que ce sont les Britanniques qui ont introduit le thé en Inde et, aujourd’hui, l’Inde cultive des thés comptant parmi les plus populaires au monde dans la vallée de Darjeeling au Bengale-Occidental, dans les montagnes de l’Assam à l’est et dans les monts Nilgiri au sud.

Le peuple indien aime beaucoup expérimenter les épices - même dans le thé - et boit souvent du chai masala ou du « thé épicé ». Ce genre de thé est souvent servi dans les régions du Punjab, du Gujarat et parfois du Maharashtra. Les Indiens débutent la journée en prenant un thé et prennent souvent de petites tasses de thé tout au long de la journée.

Dans la plupart des foyers, on sert le thé une fois le matin, puis de nouveau vers 16 h ou 17 h - et, bien sûr, chaque fois qu’on a de la visite !














Essayez la recette ci-dessous et faites votre propre Chai masala (thé épicé indien)

Ingrédients
• 2 tasses de lait (3 % ou 2 % - pas de lait écrémé)
• 4 tasses d’eau
• 6 ou 7 cardamomes vertes, moulues en poudre
• 1 bâton de cannelle de deux pouces, ou ½ cuillère à thé de poudre de cannelle
• 1-1/2 cuillère à thé de gingembre frais râpé
• 10 à 12 cuillères à thé de sucre, ou au goût
• 4 sachets de thé (si vous utilisez des sachets à deux tasses) ou 1 sachet de thé par tasse (si vous utilisez les sachets à une tasse)
Méthode

Mélanger et faire bouillir le lait, l’eau, les épices, le gingembre, le sucre et les sachets de thé.
Laisser mijoter 5 minutes.
Éteindre le feu, couvrir et laisser reposer trois à cinq minutes.
Passer le mélange dans la passoire et vider dans des tasses ou une théière.
S’assurer que le thé est encore chaud au moment de servir. Ajouter du sucre au besoin.
Servir avec des collations indiennes épicées comme les samosas.
Donne 6 tasses de thé individuelles.


Conte indien

Issa
Un jour de sa jeunesse, l’homme contemple l’eau verte et brûlante dans laquelle, parmi le dépôt des feuilles, il lit la forme de son nom. Le thé est bouillant. Il mord ses lèvres et desquame le sommet de son palais. Quand Issa pose la tasse sur la table de bois, il voit les cercles qui cognent en ondes inégales aux parois du récipient et tout un remuement d’ombres et de rides dans la profondeur du liquide : sur la mousse verte -thé de la nouvelle année- une bulle seule

Issa s’invente un nom et, de ce nom, il signe son premier poème. Et le nom que ses parents lui ont donné, il l’échange contre une simple tasse de thé : il l’abandonne pour rien, il devient lui-même ce rien. On peut bien sûr accorder toutes sortes de significations, édifiantes à cette anecdote. Pour l’expliquer, Issa lui-même raconte qu’un poète errant ne peut être autre que ce qu’il est, semblable à une vague qui doit se briser sur la plage, acceptant la loi de son existence éphémère. Mais peut-être ne prête-t-il pas à la chose davantage d’importance qu’à une plaisanterie. Il en a déjà trop vu pour confondre la poésie vraie et la prière satisfaite. Il sourit de toutes les superstitions. Si sa vie est exemplaire, quant à moi je le crois, c’est qu’elle est comme la notre sans savoir ni secours.